Clyde Duquesnoy Photographie

Les tutoriels :

L'ouverture

arraignée

Un petit détail concernant cet article : Il est assez technique et théorique. Toutefois, je vais essayer à travers de celui-ci de vous expliquer les grandes lignes concernant «l’ouverture» en photographie. Mais dans un language compréhensible par tous. Le public visé était plus des débutants, novices que des professionnelles, experts.

En premier lieu, une petite définition:

«De quelle ouverture tu parles?»
Pour ceux qui sont équipés de réflex vous avez sans doute pu remarquer des inscriptions sur vos optiques, telles que :
«f/2,8» ou bien «f:3,5-5,6» (les chiffres sont donnés à titre d’exemple, il en existe bien d’autres. f/2; f:4; f1,8; ect). Ces valeurs correspondent à l’ouverture maximale de votre objectif (ou appareil-photo, s'il s’agit d’un appareil à objectif fixe). Les objectifs ont plusieurs lames de diaphragme qui forme un "cercle". Plus le cercle est grand plus il y aura de lumière qui passe au travers de l'optique, et inversement.

«Donc si j’ai une optique qui ouvre à f11, ça veut dire qu’elle sera très ouverte?»
Eh bien... non ! Au contraire elle sera très très fermée. Chose à retenir : plus le chiffre est grand, plus le diaphragme est fermé (et inversement).

«Bon, est ça sert à quoi concrètement?»
Eh bien, principalement à deux choses.
La première : plus le diaphragme ouvre grand, plus il y a de lumière qui passe à travers. Et vous n'êtes pas sans savoir qu’en photo : la lumière c’est primordial. Donc les grandes ouvertures seront toujours plus à l’aise en salle ou le soir qu’une optique à faible ouverture. Évidemment vous pouvez toujours augmenter la durée d’exposition pour avoir la même quantité de lumière qui arrive sur le capteur, qu’avec un diaphragme plus ouvert voire même ajouter un flash mais en exposant moins longtemps. Mais pour certaines prises de vue cela n’est pas possible (voir l’article sur la vitesse d’obturation). Notez aussi que lorsque vous regardez par le viseur, vous serez toujours à l’ouverture max. Donc vous aurez davantage de facilité a faire votre mise au point, avec une optique ouvrant grand. Il en va de même pour l’AF (Autofocus).
Une deuxième chose : le fait d’avoir une grande ouverture, réduit la profondeur de champ. Et inversement, plus l’ouverture est petite plus la profondeur de champ sera importante. Donc pour isoler un sujet, et avoir un beau flou d’arrière-plans (bokeh).

«Donc il vaut mieux acheter quoi?»
L’idéale serai d’avoir des optiques à grandes ouvertures. Puisqu’on peut ensuite régler l'ouverture voulue sur l’appareil-photo. On sera toujours limité par l’ouverture maximale. Sauf que : plus l’optique ouvre grand, plus son prix sera élevé. (souvent lier à la taille des lentilles plus importante). Donc généralement, il faut faire preuve de discernement : pour quelle utilisation? portrait? paysage? en salle ou en extérieur? etc.

  • En intérieur : Privilégiez les grandes ouvertures (F1,2; F1,4; F1,8; F2; F2,8). Surtout pour du sport en salle.
  • À l'extérieur : Ouverture modeste suffisante, les différences seront minimes dans de bonnes conditions lumineuses. (F4, F5,6)

Ensuite le budget viendra comme toujours réduire votre choix.

« Et maintenant que j’ai mon objectif, comment je fais?»

Et bien c’est simple (en théorie). Je vais parler du mode Av ( le nom change selon les marques) priorité à l’ouverture. C’est un mode semi-auto. Le principe est simple. Vous choisissez l’ouverture souhaitée selon la profondeur de champ que vous voulez, et l’appareil trouve la vitesse pour bien exposer avec celle-ci. (Voir l’article sur la vitesse d’obturation). Si vous voulez sous exposé ou surexposé d’un cran ou deux cela reste possible ( à vérifier selon l’appareil). Donc plus vous voulez une profondeur de champ faible, plus il vous faut ouvrir.

Inversement : vous voulez une profondeur de champ importante, il vous faut fermer davantage.

(les photographies sont brutes de capteurs, elles ne sont pas retouchées. Elles ne sont pas très «jolies» mais sont là pour donner des exemples).

Dernière modification :